APRES UNE NUIT SUR UN TERRAIN VAGUE

Étiquettes
20 mars 2014

APRES UNE NUIT SUR UN TERRAIN VAGUE

APRES UNE NUIT SUR UN TERRAIN VAGUE EN FACE DU CAMPING FERME

le 07.10.2010- Port Lligtat.Cadaqués

Un dernier regard sur la derniére gare sarko…na…zienne avant l’Espagne

Aprés avoir tant souffert , sur cette route qui ne finis pas de monter de Port vendres la dernière ville française et la frontiére Sarko(ex-france)/Espagnole, il y aura la grande descente vers Port-de-bouc , qu’est ce qu’il m’attends derriére , sujet à polémiques dans ma tête . Surtout que je venais de vivre un moment fort, la veille avec ce passage de la frontiére , sincérement je me pose la question , combien de gens peuvent vivrent ces instants ? Il y a une coordination des faits , des gestes qui semblent tout de même incroyable , voir fascinante .

Qui suis-je pour vivre cela ?

Je ne détiens pas la réponse , sauf la mienne , juste un petit con qui vit ses envies et ses désirs ; qui sont autres que de baiser une nana . En attendant , je passe Port-de-bouc sans entrave , juste une appréhension qu’est ce qui m’attends ?

Pas trop compliqué à comprendre

L’Espagne c’est totalement inconnue pour moi ; climatiquement……, si c’est plat comme la Hollande mais cela j’en doutes , les gens et tout le reste . Je verrai .Je verrai déja que c’est un pays trés accidenté , que cela peut changer de paysage la seconde même , que tu peut te retrouver à monter des pentes longues , interminables mais aussi à en descendre.L’essentiel pour moi était de rejoindre Cadaqués la ville de Salvador Dali .

La dessus je déchanterai , car autant dire que toutes les villes , les villages espagnoles sont ou appartiennent à la vedette du lieu, ce n’est pas à Cadaqués qu’il résidera mais dans une petite crique difficile à atteindre à Port Lligat, le bougre il savait se planquer comme se protéger. Il reste que pour arriver à Cadaqués ce n’est pas une synécure , bien au contraire , c’est difficile , je dirai même que le Sieur à su se planquer comme il faut .

Devant ce spoectacle de la nature tu oublies toutes tes fatigues

Ceci n’étant pas étonnant vu la personnalité du bonhomme , il faisait des partouzes incroyables mais juste en étant observateur , car il est de nature a être impuissant ainsi que voyeur selon certaines personnes espagnoles . Rien ne m’étonne vu que j’arrives sur les lieux de ces faits ,plus je vais de l’avant , en ce qui le conçerne , plus je suis non pas suffoqué mais pas du tout étonné , encore une fois la presse ne relate que ce qu’elle à envie , surtout ce qui fait vendre , c’est loin de la vérité . Par contre je ne suis pas encore à Cadaqués car je roule dans une gorge entre Port-de-bouc / Cadaqués le village ou la ville de l’artiste , pour moi c’est faux , on le verra plus tard .Ce qui est du moment je pédale dans un vallon qui je pense va bientôt se transformer en montée.

Coucher de soleil en montagne , juste avant cadaques

Seulement voila il est deja 17 heures et je dois me trouver un moyen de me reposer car mes efforts ont tout de même été intenses . Il faut préciser que le camping sauvage en Espagne est interdit, sauf ( soit disant par le routard papier sur les plages , mais le routard c’est un bouquin à la con donnant des informations fausses , à croire que ce bouquin se fait payer ou est corrompu ? qui de nos jous n’y est pas ? ) Je croiserai ou me ferai doubler par plusieurs missions policia locale ou guardia civil , du coup j’ai pris peur de trouver un camping sauvage , malgré que je cherchais , par contre la ça montait en allant de plus en plus fort au niveau de la pente à parcourir .D’ailleurs plusieurs fois je perdis des choses de ma remorque Bob yack , et plusieurs fois je fus averti par des voitures , geste super sympas , sauf que quand on me klaxonne comme cela j’ai tendance à montrer un doigt qui dis bien ce qu’il veut dire .

Le camping sauvage en espagne est trés difficile

En fait je m’en excuse car je suis sous la fatigue ,  en état de combattre l’élément , donc pas dans un état cool , relaxant .Je peut dire que cette montée vers Cadaqués m’a mis plusieurs fois en état de super colére et de non compréhension des choses , en plus la nuit arrivait .

Port Lligat

Sans être à Cadaqués , sans savoir si le camping de cette ville est ouvert , bref encore une fois avec mille questions à résoudrent , sans parler de ce que je pense ou de ce que je réfléchis.

Je suis dans cette montée allant vers Salvador Dali , par contre je ne sais pas si ça grimpe jusqu’à la ville , ce qui me fait penser à un gamin qui doit se poser des questions à mon sujet , tout le long de cette montée je penserai , c’est cela qui me fera grimper , non renoncer , à ce gamin.(le fils de mon ami Guy Kwayep)Quelques-fois avec des larmes . Finalement j’arriverai à un croisement mais ça continuait à monter je désespérais dur , seulement une voix me disait continue je crois en toi , bien souvent je lui ai dit , gamin je suis au bout de mes forces , mes jambes ne peuvent plus.  C’est avec une immense joie ainsi qu’un un sacré coup au coeur que je m’aperçois que je vais avoir à faire à une descente , pendant combien de temps et combien de kilométres ? Fort heureusement elle m’emmenera jusqu’à Cadaqués , sauf que c’est en descente , par contre de nuit , merci à deux plus deux de strasbourg , pour son équipement de securité , notamment avec l’éclairage Lumotec ,car je suppose que Vincent à obtenu cette lumiére à cet endroit en tout cas merci à Esprit Cycles et Deux plus deux . J’arriverai à Cadaqués de nuit , perdu dans un carrefour ,pas une personne pour me renseigner , en plus je fais les frais que je ne parles pas Espagnol , alors je ne vous dis pas les déboires .

Je vais dormir derriére cette murette … Incroyable j’ai passé une nuit dans la magnifique oliveraie de Salvador Dali

Du coup je me dis il te faut aller vers le camping qui est en plus vers l’endroit que je désires , la ou à vécu l’homme aux moustaches retournées.Je trouverai avec beaucoup de difficultés sauf que le camping est fermé , je n’en peut plus du coup je décide de dormir juste en face du camping sans monter la tente et sur un terrain vague , je ne vous dis pas l’angoisse et la peur ,étant donné que j’ai été vu en ville et aussi au cours de mon cheminement vers le camping . Je placerai le vélo et la remorque sur un muret et je sortirai le sac de couchage , pour dormir devant le vélo en cas de problémes

Je n’ai pas été impressionné par les deux oeufs qui font tant jaser
Par contre , ce qui m’a frappé le plus ce sont ces visages androgynes

JE SUIS FOU DU CHOCOLAT LANVIN

le 08/10/2010-Port de Lliprat et Cadaques

La premiére vue du matin de l’artiste , sublime

Je rentre sur Cadaques aprés avoir visité Lliprat , lieu de vie de Salvador Dali , je pensais me prendre un petit déjeuner (esmeroza) en espagnol , en plus pas trés cher , puisque j’ai eu droit à un petit déjeuner complet pour 4 € . Pas mal tout de même , surtout aprés la peur de ma nuit sur ce terrain vague sans protection , au vu des gens .

Bref tout c’est bien passé sauf que j’étais levé au petit jour , que je me mis à la quête de mon désir , voir là ou vivais Salvador Dali . Pour information l’endroit est superbe .

La maison du maitre

Sauf que pour les touristes il à été amménagé , quelle connerie , car Dali était dans un lieu presque innacessible , le bougre il savait ce qu’il faisait .Je vous prie de croire que sans moteur, la montée du retour est impossible , en plus si ils avaient garder l’originalité des lieux pas un pneu ne resisterait ; même ceux des caisses .

Pour le moment je ne suis pas là je suis encore sur ce terrain vague en train de me réveiller entre une nuit qui se finit et un aurore qui tente de s’imposer. Avec en face de moi un camping fermé et une église à droite qui me semble plus que bizarre , la lumiére de son entrée m’a intriguée toute la nuit .Serait-ce annonciateur , vu que je pense que je vais vers un lieu qui est loin d’être commun.
Je me dirige vers cette église vu que je dois passer devant  pour aborder ce qui semble être une descente , je dirais plus une pente abrupte, qui me fera descendre du vélo ,de la parcourir à pied avec les mains sur les poignées de frein .Je voyais bien entre cette lumiére du jour et encore les ombres de la nuit que le port était en bas , quand je fus arrêté par un petit portail en fer forgé de couleur or , mais de mauvaise couleur , pas trés belle pour l’endroit , en tout cas j’étais devant une superbe oliveraie , l’agencement me fît penser que c’était peut -être celle de Dali ( cela s’avérera véridique , que j’avais raisonné juste).

Acces dificile et bien caché , dommage pour les touristes ont y a ajouté du bling-bling

En bas de la premiére descente  il y a juste en face de moi un hôtel qui semble être un hôtel de grand luxe , j’ai peur à ce moment la que ce que je vise est dans le parc de cet hôtel (ça se voit que je me réveille ) en fait il ya un angle droit qui fait que la route continue tout en descendant encore, encore une fois au bout je vois un nouvel hôtel cette fois-çi encore plus clinquante que la premiére , il semblerait que le lieu est destiné au bling-bling , à moins que l’espagnol adore cela .Je crois que c’est plus pour attirer le touriste qu’autre -chose ,cela paraît évident et ce sera de plus en plus évident au cours de cette journée , au cours de ma traversée de ce pays , qui sincérement commence sérieusement à me sortir des yeux .

Aprés un bel angle droit , une belle pente aussi apparait le port de Lligat , cette crique est protégée par de petites îles , vraiment elle ressemble à une émeraude , surtout quand le soleil se léve , je comprends mieux la folie du maitre des lieux de voir chaque matin le soleil se lever .Continuant à descendre , arrivant à quelques métres de la plage aux bateaux des petits pêcheurs ,j’entrevois , j’aperçois la résidence que je veut voir . La batisse est belle , bien construite en direction du soleil levant , elle à l’air vaste et somptueuse , ce qui ne me choque pas vu la qualité du résidant , il y sera toujours le résidant vu que c’st son musée maintenant .Je suis déçu par le clinquant , qui à été mis , comme ce faux marbre et ce pour la cause des touristes , il reste bien quelques vestiges de cette pierre tranchante qui ressemble à de l’ardoise , quel dommage de n’avoir pas su garder l’originalité du lieu . En tout cas le bougre savait se protéger comme se rendre innacessible . J’y passerai deux heures trente , en constatant que j’avais vu juste au sujet de l’oliveraie .Par contre je mis trés longtemps à trouver les deux oeufs qui sont immenses sur le toit , qui paraît-il sont extrémement visibles (pas si visible que cela , puisque déja le musée salvador Dali n’est pas repérable facilement surtout  pas du premier coup d’oeil)je les ai vus mais ne m’ont pas impressionnés c’est plus le couple qui m’a fait impression . J’ai pensé de suite à des hermaphrodites  au lieu d’un couple mais cela c’est mon impression .

Il faut que je pense à retourner sur Cadaqués pour me remettre d’aplomb et me prendre un esmoroza (petit dejeuner façon espagnole), remonter vers l’église se fera à pied , en poussant car la pente est vraiment méchante . J’arriverai tout de même au centre ville de Cadaques , ou je trouverai une  cafetaria , rien à voir avec les cafétaria française , j’avoues que je suis a ce moment la un peu dérouté , jusqu’au moment ou je comprends que le petit -déj ici c’est autre chose , et que ça coûte 4 euros , surprise .Je resterai en terrasse pour garder mon bredelers et ma bredelette . Je prendrai mon temps pour ce petit déjeuner car aprés je vais aller chercher de quoi me substanter et reprendre la route direction Gerona.Quittant le lieu de mon petit dejeuner  je croiserai une sorte de supérette , du coup je me dis je vais  chercher du pain et un petit autre -chose ainsi que de la boisson , je suis fou de l’eau gazeuse( et non du chocolat Lanvin). Une fois dans ce magasin une personne me suivait pas à pas pour me surveiller , je dois être ou ressembler à un martien, dieu que cela m’enerve , je repartirai en colére de ce lieu et de cette suspicion . Vu ma colére je me suis dis va te ballader un peu sur la plage , quand je fus abordé par un homme qui parlait parfaitement français , du coup je l’invite à boire un café  . Jusqu’au moment ou il me dit tu veut voir ou je résides , ma curiosité m’y poussera . La personne m’invitera à déjeuner le repas de midi dans un petit resto  puis ensuite m’emmener chez lui , ou il me proposera de passer la nuit . J’avoues que je n’ai pas refusé vu que je voulais bien dormir et surtout prendre une douche .

Je ne sais quoi penser de cette rencontre , tellement l’homme m’à paru illuminé

 

Nous sommes chez lui , quand il me parle d’un coup de téléphone , la je sens le roussi , secrétement je me dis barre toi de la , je ne sais pas pourquoi mais le mec est revenu en me disant avec émotion , je ne peut pas te recevoir ce soir car je dois aller chercher des amis parisiens qui arrivent à la gare de ……..Pas besoin de dessin j’avais compris , en plus ça m’arrangeait sauf que cette montée qui doit m’emmener vers Girona je la redoute car je l’ai descendu hier soir et de nuit

Je repars de Cadaques en étant persuadé que je vais être obligé de camper sauvagement et dans cette montée , du coup le moral dans les chaussettes..

Partagez

Commentaires