EN ALLANT A WALLISSELEN EN SUISSE ALLEMANIQUE

Étiquettes
11 novembre 2013

EN ALLANT A WALLISSELEN EN SUISSE ALLEMANIQUE

La plus vieille centrale nucléaire de france au loin

le 11/05/2010

EN PASSANT DEVANTLA CENTRALE

DE FESSENHEIM ET UN CHATEAU

FORT –

EN ALLANT VERS BALE sur le trajet de STRASBOURG vers WALISSELLEN 

Je dois et je veut quitter Neuf-Brisach malgré ce temps pourri , combien vais je faire de kilométres sans avoir des rincées qui me tombent dessus ?Je n’en sais rien et ça m’agace . Je prends tant bien que mal le départ en direction de Bâle , jusqu’ou irais-je?

Au bout d’une dizaine de kilométres je rentre dans un village , ou il y a un signalement de travaux , je ne m’en inquiétes pas plus que cela , quand je tomberai sur le feu rouge car la circulation est alternée . Je vois que la tranchée dans la chaussée est trés conséquente , la preuve les ouvriers bossent comme des fous , mais c’est que ces travaux ont une grande longueur , en plus c »est pire que sur une piste africaine en latérite et en tôle ondulée , je manque plusieurs fois de me mettre par-terre à cause de la pluie , le sol est extrémement glissant .

Vu que ces travaux traversent pratiquement le village sur toute sa distance , et que je ne suis pas une voiture , automatiquement je me retrouverai nez à nez avec des voitures qui arrivent en face.Je vous le donne en mille , la 1ére caisse qui arrive face à moi , me balance dse appels de phare , en veux-tu en voila .Le plus marrant c’est que la bonne femme qui conduisait levait les bras aux cieux et vociférait tant quelle pouvait .Comme si la rout-e était sa propriété .

Il y a vraiment des cons sur terre ………………!

Je traverse  le village dénommé Hombourg , quand à sa sortie j’eu l’impression d’avoir des visions , un chateau fort à l’ancienne , comme ceux que l’ont voient dans les livres d’histoires, je n’en croyais pas mes yeux .Alors que je m’arrpetais pour photographier cette vision , un bruit de motos se fait entendre bien entendu je ne pense plus à ce chateau -fort , mais à regarder ces motos , une superbe Harley-Davidson , je crois une électra-Glide apparait , roulant doucement , un couple d’n certain âge de surcroît Hollandais , je leur fais signe de la main ils me répondent mais je découvre une superbe remorque attelée à l’engin , puis une seconde moto mais avec une seule personne , en somme un trio qui voyage de concert .Que cela m’à remis le coeur en fête.
Je fais quelqu’es photos de ce site , je ne vous les mets pas toutes  dans ce récit , mais elles iront dans les bonus de mes clichés .

Celui là il n’est pas en carton maché

Je reprends ma route le coeur gai et avec le constat que je m’approche sérieusement de Basel .En plus c’est pas encore midi ; donc le choix de me lever à la fraîche et de rouler tôt me plait beaucoup , pour la raison que je vais avoir du temps pour trouver un camping , m’installer et voir me reposer ou faire autre chose.

Je rentrerai dans Saint-Louis un peu avant midi , il faut que je me renseigne , si il y a un camping dans cette ville aux 3 frontiéres , aprés plusieurs tentatives , un brave monsieur me dira qu’en matiére de camping , il n’y en a qu’un et à Hunningue .

Petit mais combien sympathique

C’est avec une relative facilité que je trouverai le camping du Petit Port  à Huningue .Cerise sur le gâteau le responsable à une super bouille avec un air de sympathie qui m’en dit long , mais vous saurez cela au prochain récit .

HUNINGUE

sur le trajet

de STRASBOURG

vers WALISSELLEN

Comme vous le savez je suis à Huningue , camping du petit port à Huningue,j’y suis arrivé hier aprés-midi, avec la chance d’avoir un responsable plus que sympathique , du coup je me dis que j’ai de la lessive à faire , car quand je serai en suisse cela va être une autre paire de manches.En plus je dois recharger mon Eeepc, le GPS et les piles de l’appareil photos comme celles de la caméra (Jacques pense à faire le lien pour les vidéos et dis moi comment te les envoyer )

je reviens au fait que je reste  par des choses à faire et aussi par ce que le responsable du camping à (selon l’expression) une bonne bouille et une gueule de baroudeur.Juste aprés avoir monté ma Bredelette , alors que je discutais avec lui , un orage éclata , quelque chose de torrentiel .Bref je me suis encore arrêté à tant .Au cours du dialogue avec ce personnage , je m’aperçus non seulement que c’est un baroudeur mais en plus un motard .De nouveau j’étais en otale écoute , surtout quand il me conta un de ces voyages au Maroc sous vent de sable .J’étais à mon affaire la .

Cette discussion me fit penser à Pierre , en me demandant ou il en était et comment cela se passait pour lui ?En même temps je pensais à mon projet, ou je me mis à me traiter de cinglé ?

Pourquoi ce questionnement ? Je tente de savoir en faisant ma propre introspection .

Je n’ai jamais fais de vélo ,sauf quand j’étais gamin et que je vivais avec mes fréres chez ma grand-mére , au 40 rue Guynemer à la miotte à Belfort.Par conséquent à cette époque j’avais 6 ans et je me rappelle trés bien de ce vélo .J’aurais à raconter une histoire à ce sujet , mais je pense que ce n’est pas le lieu.

J’ai repris le vélo seulement en 2008, pour diverses raisons , et comme je n’ai plus aucune musculation , j’ai pensé que cela me ferait un bien énorme .Jed vais vous confier que ce ne sont pas des jambes que j’ai mais des  petites tiges de bambous qui sont reliées entre elles par un nombre important de plaques ,  vis,clous etc……. ( les toubibs m’ont pris pour un jeu de mécano ) Donc parler de ma musculation paraît presque une utopie.C’est compréhensible que ce périple me fait souffrir de ce manque de muscle et enn plus je vais sur mes 63 années , donc je ne suis plus tout frais .

Le fait de rester dans ce camping  me fera du bien car je ne sais pas du tout ce qui m’attends en Suisse .En tout cas je me plais fort bien dans ce camping de poche si agréable.Je vous le recommande .

Un trés grand souvenir

Je vais pouvoir aussi étudier mon parcours entre Huningue et Wallisellen, pour me rendre chez mon amie Clarisse , la tante de ma petite protégée  judith et la soeur de Diane.
Je suis allé laver mon linge , la laverie est à Saint-Louis, donc obligé d’aller dans cette ville, je trouverai facilement le lieu , malgré que cela paraisse  un peu perdu.C’est la premiére fois que je rencontre ce systéme de laverie , surtout bien conçu pour empêcher la fraude.Par contre la machine que j’ai choisie c’est ouverte en plein lavage (hihi elles doivent avoir des kilométres de tours autrement dit il doit y avoir un bail qu’elles sont au labeur )
Le local est innondé et glissant (Bof c’est au proprio de faire attention à son matériel surtout que de la fraîche il doit en faire un max .En fait cette laverie me reviend(ra avec séchage et lessive à 5 euros .C’est marrant dans cette laverie , je suis l’attraction avec mes rouflaquettes et aussi mon vélo car je l’ai rentré dans la laverie .Etonné que ma pomme suscite autant d’intérêt.

SUR LE PONT DES 3 FRONTIERES

MOHLIN sur le trajet de STRASBOURG vers WALISSELLEN

Une nouvelle fois je repars sous la pluie , j’ai vraiment pas de bol. Je décolle du camping dans 10 minutes .En fait je décollerai vers 11H , le gérant du petit port m’indiquera ou passer , pour ejoindre le plus facilement la SUISSE.En fait , comme d’habitude malgré les conseils et les recommandations sur les directions , j’oublierai tout ce qui m’à été communiqué surtout si il ya plusieurs changements de direction .

Comme de bien entendu arrivé au centre de Huningue eh bien , je ne pris pas la bonne voie et me voilà pas perdu , pas égaré , mais à chercher le chemin.Finalement je trouverai cete fameuse passerelle des 3 frontiéres , ou je m’attarderai à faire quelques photos , un homme passant je lui demandai si il fallait passer sur cette passerelle pour rejoinde la suisse . Selon moi cette paserelle , qui ressemble ou du moins à servie d’exemple pour  celle  des deux  rives à Strasbourg.

Le monsieur en question au demeurant trés sympahique , m’à tenu la grappe une bonne heure avec ces consels de sécurité pour moi et mon attelage.C’est pas mal ce que me préconisait le personnage , sauf que je ne serais plus sur un vélo , mais un véhicule de sécurité routiére (un peu comme les agents qui patrouillent sur les autoroutes) Ce brave monsieur à l’intention de transformer mon Bredelers en un vélo débarquant de la planéte Gong. Bref je le quitterai sur ce pont qui va me précipiter en quelques instants voir seconde de France en Allemagne et en territoire Helvétique.Je vais enfin me retrouver sur ce que l’on appelle l‘Eurovélo .
Pas de douaniers aussi bien du côté alemant que celui de la suisse. Cela me parût trés étrange.

Suuivez les indications

Comme d’habitude avec ma tête de linotte , ou de celui qui part de chez lui et qui oublie sa tête sur le frigidaire , Basel fut plus un jeu de chasse au trésor cyclable , dont ce trésor est la piste qui doit me mener ,en principe jusqu’à Zurich. Ce qui ne me donnera aucune occasion de photographier cette ville , je ne faisais que chercher mon chemin .Trouver son chemin en Suisse Allemanique , c’est quelque-chose d’inédit pour moi .Je connais un ou deux mots en cette langue gutturale et quelques brides de phrases anglaises , autrement dit de tout cela , j’en fais une salade et comprends moi ! Comme je ne comprends pas un seul mot , de ceux qui osent s’arrêter pour me répondre , je reviendrai sur cela plus tard , pour le moment c’est juste une impression , certainement dûe à l’émotion , la fatigue et bien d’autres facteurs

Je me retrouverai dans un imbroglio de croisement et de ponts qui te passe au-dessus , en dessous , à droite à gauche, qui sortent de ne je sais ou et qui t’emméne partout sauf ou tu veut aller .Grosse perte de temps à chercher ,à tenter de comprendre , à trouver …………………….

La jeune fille au premier plan me sera d’un grand secours

Je réussis tant bien que mal à trouver cette si célèbre piste cyclable , je ne sais pas si c’est de moi , mais j’arrive à me retouver trés souvent sur des routes nationales et en Suisse , les routes traversent de nombreuses vallées , donc beaucoup de montées , heureusement de descentes aussi . Ce qui fait que je me pose la question , mais ou est et comment est balisée Eurovélo , ou alors je suis aveugle ou bien j’ai des oeillères , peut être encore moins le sens de l’orientation.
La journée se passera entre des pistes cyclables (est -ce que seulement j’ai pris une fois cette eurovélo numéro 6 ?) Tel est la question . J’arriverai cahin caha à Möhlin , pour une fois tout me parût simple puisque j’étais sur une piste cyclable la 55 ou 52, cerise sur le gâteau , le camping est là-devant moi , juste à traverser un petit pont .Vous pensez bien que je m’y précipite .

Que de tentes françaises

Je trouve le gérant , responsable ou employé je ne sais pas , enfin celui qui s’occupe de ce lieu de résidence secondaire . Il ne parles pas un mot de français , quelques mots de la vache espanole en anglais , en somme la galére s’annonce. Les dieux de la chance sont avec moi , une jeune fille passe à côté de nous , et elle me demande dans ma langue natale si je suis un frenchies , je respire , un interpréte gratuit pour ma pomme . En fait ce monsieur voulait que je plante ma wechsel sous un auvant bitumé , aie mon dos , dormir sur de la pierre……………pas terrible cela.Bien m’en pris vous comprendrez pourquoi plus-tard.

Je pris ma place car actuellement dans les campings il n’y à personne à part des cintrés  comme moi . Batissant tranquillement ma résidence pour la nuit , observant aussi les alentours , je vis apparaître une bicyclette avec une remorque. Mon regard se bloque sur cet événement , une jeune fille sur un Lapierre (c’est un vélo) qui à pour attelage une Bob Yak , modéle noir et récent.Autant dire qu’en découvrant  Magali sur son Lapierre  j’en resté quelques secondes sur mon séant. C’est ellle qui s’installera sous le auvent , bien lui en pris , elle n’avait qu’une envie faire sécher le matériel et tout le reste en somme . Elle aura la fabuleuse idée de demander au gérant un tuyau d’arrosage pour laver sa monture , du couyp je ferai de même une toilette à Bredelers Ubuntu
C’est la que j’apprends que Magali se dirige vers la Mongolie , une nouvelle fois je me retrouve sur mes fesses , étonné, admiratif .Chapeau bas Mademoiselle , cela  impose du RESPECT .

Chapeau des alpes à la Mongolie , admiration

(A tous ceux qui me traîte d’utopiste , de cinglés , de fou , voilà encore un exemple qui doit vous mettre les neurones en ébullition , mais voila vous n’en avez pas assez ………….(voyez ce que je veut dire ) pour réaliser vos rêves , donc vous n’irez jamais au bout de vos idées, la suite de cette journée vous laissera encore plus pantois voir autrement )

La journée ne se finit pas sur cela , vu que je terminais de mettre en place mes affaires , sortant de ma tente , 2 VTT avec des Extra-Wheel surgissent sur le terrain, cerise sur le gâteau ils sont français dont un  , Vincent est franc-comtois , donc de ma région natale. Je ne vous dis pas la surprise ainsi que la soirée que nous avons passés ensemble , elle se résume entre la saucisse de Monbéliard , la saucisse de Morteau , le rire , la bonne humeur à toutes les sauces et saucisses ,en fait que du Bonheur sublissimale.

un petit ponte (pontarlier)apéro anisée franc-comtoise , préparée par Vincent l’audincourtois

(Je pense que les photos vous en diront assez long)

C’est sur cela que chacun de nous ira  faire dormir ses yeux et assi reposer son corps et sa tête.

Extraordinaire journée innattendue , j’en désire beaucoup de ce genre.

Cruel dilemne de choix entre la saucisse de Morteau et cele de Montbéliard

APRES UNE MERVEILLEUSE SOIRÉE

de Môhlin à Bruggs sur le trajet de STRASBOURG vers WALISSELLEN

Encore une journée grise annonciatrice de pluie .Je ne vous parles pas de la tente , elle ne connait pas le sec.

En plus la nuit à été courte car comme vous le savez ,j’étais en agréable compagnie et j’avoues que j’ai passé une soirée fabuleuse , mais c’est l’heure de la séparation ou chacun et chacune va vers ses rêves et projets , certes un peu dur mais c’est ainsi que va la vie.

On apprendra que nos deux vttistes renoncent de continuer jusqu’au lac de Constance , vu que           quelques ennuis de santé interviennent pour l’un des deux , en vélo en plus il vaut mieux prendre soin de soi. C’est l’âme en peine  que nos deux joyeux drilles , nous saluent .Nous sommes comme eux et nous aussi nous préparons notre barda  pour quitter le camp .

C’est plus en trainant que nous rangions nos affaires vu le temps maussade qui régne.Finalement je réussis à décoller avant Magali , et sans le faire exprès je la retrouverai car j’ai pris une mauvaise direction , je lui avais d’ailleurs indiquée , je l’ai mis aussi en erreur . Elle ne m’en voudras pas et ont fis un petit bout de chemin ensemble mais dés la 1ere grimpette , je lui dirai de ne pas s’occuper de moi et de ne pas m’attendre , elle s’envolera au gré d’un virage je ne la reverrai plus . Quels bons moments nous avons passés ensemble .

Sympa le geste Merci Vincent

Cela restera dans ma mémoire c’est sur.

Comme dés les premiers instants je me suis gouré et en plus  je suis tombé sur de belles petites pentes à monter , juste une histoire de vous couper les jambes pour la journée. Le moral en pris un coup trés sérieux et j’avoues que pédaler devient de plus en plus dur . Que les kilométres sont longs à couvrir .

Plusieurs fois je me retrouve en dehors de la piste cyclable , comme je réussis à la récuperer de temps en temps et au hasard d’une descente , j’aperçois cette fameuse piste .

Je tombe sur un espéce d’hôtel et un pont en fer à l’ancienne  avec beaucoup de promeneurs , mais aussi une sacrée pente à monter , c’est à pied que je la gravis, tant bien que mal en poussant tout l’attelage , en plus sur une piste de terre et de graviers. Malheureusement ce ne sera pas la derniére fois que je mettrai le pied à terre pour cette journée qui elle aussi sera surprenante à tous les niveaux .

Tantôt je rouspétes contre ces teutons à qui tu demandes un renseignement et tu sens bien qu’ils se foutent de ta poire. Heureusement que tu arrives à trouver des gens qui te renseignes , mais comprendre ec qu’ils te disent c’est une autre affaire . A nouveau sur une nationale et en plus une montée assez raide et trés longue environ 3,5 kms que je ferai en poussant le vélo et la remorque . Aprés cette côte  trop longue et trés dure avec le poids que je trimbales , je n’ai qu’un souhait  vu que mes jambes sont sans force et sans répondant .

Heureusement la descente vers BRUGG est elle aussi fort longe , ce qui va me reposer un peu .Sauf que quand je rentre dans l’agglomération de cette ville , la pluie se mets à retomber , je demande le camping à une jeune dame , elle ne connait rien , et je fais plusieurs personnes ou je me sens ridiculiser . Aprés  de nombreuses demandes je réussis à avoir quelques grappes de concret , sauf que le camping est à plus de 8 kms.

Je continues ma quête aux renseignements ,  un moment donné , ou je suis  complétement abattu , vu que j’interpelle un homme , mais celui-çi fais le sourd , je râle ,fort heureusement je vois arriver un hyomme avec une poussette et une jeune enfant . Je lui demandes si il ne connaissait pas un campingt dans les parages .Chance cet homme élégant et ressemblant fort à Aari VATANEN , me répondit avec un trés bon français

Merci pour ce geste qu me touches pariculiérement

Ce monsieur je peut dire se décarcassera pour que je en passe pas une nuit pénible , dans un premier temps il pris son téléphone et appelle sa femme pour qu’elle regarde sur internet et sur les annuaires ou il y aurait un camping pas trés loin, je vous racontes pas comment j’appréciais ce geste , finalement il me demandera ce que j’avais besoin , je lui dis juste un petit carré de terre, juste de quoi planter ma Bredelette  . Bien sur je lui précisai aussi un peu de bois et aussi un peu d’eau .Finalement ce Monsieur , me dit suivez moi , je vous prêtes pour la nuit une parcelle de mon terrain devant ma maison.Je n’en revenais pas , tout comme confus et gêné , tellement ce personnage était à l’opposé de ceux que j’avais rencontré en majorité au cours cette étape .

Je le suivi car il fallait faire un petit parcours mas cela ne me dérangeait pas du tout , nous discutions de choses et d’autres quand nous arrivâmes auprés de sa résidence , je resterai ébahi , car ce couple remets en état une maison datant de 1570. Sa femme et lui sont vraiment courageux de se lancer dans une telle restauration en plus une restauration qui est de plus à 100% écologique .

Je viens de me rendre compte que malgré la rudesse des gens , la méchanceté , la jalousie de l’humain , il y a encore des personnes qui sont de la race des seigneurs et non celle de loups affamés , pas de sang mais de pognon.

Il m’emmenea dans l’endroit ou je pouvais  poser mon matériel et aussi le bonhomme , je fais mes occupations habituelles et quotidiennes monter la tente , chercher de l’eau , se préparer un repas et aprés sous  toile , je lis un peu , en ce moment je lis un bouquin sur les priviléges des sénateurs , je suis encore plus écoeuré , en découvant ce que font et ce que gagne ces gens la , et la france est en déficit , pourquoi on ne diminuerais pas de moitié leurs salaires et tous les avantages ? Ils sont bien trop prés de leurs poches , mais ils ne l’emporteront pas avec eux quand ils seront sous terre , bouffés par les asticots . Ce systéme capitaliste est un systéme de pourris simplement.

Mieux qu’un hôtel 5 étoiles

Le propriétaire reviens me  souhaiter une bonne nuit mais avec une thermo de thé , une tablette de chocolat et un sachet de gateaux , sans parler de la tasse et du sucre . J’en fus trés ému , dire que sur terre il ya des gens aussi gentils , qui pense aussi à certaines choses .Je n’avais pas besoin de ce thé et de ces gâteaux , cela me laissera sur les fesses.

Je méditerai longtemps sur ce geste au cours de cette soirée

Partagez