LA TRAVERSÉE DE L’EST DE LA FRANCE

1 décembre 2013

LA TRAVERSÉE DE L’EST DE LA FRANCE

LA JOURNEE DE SISSI L’IMPERATRICE-

TOUJOURS AU RELAIS DE LA GARE sur le trajet de DAMBENOIS vers DIGOIN

Je passe sur la journée du 31mai , car je me suis fait 50 kilométres pour rien , vu que je suis retourné à Mandeure au bureau de poste , pour chercher le colis que j’attends tant . Malgré que ce soit un colissimo , que je possédes le numéro de l’envoi , la préposée (entre nous une mal embouchée et une fainéante incroyable , une qui n’est responsable de rien , même pas d’elle ,celle – la , elle ne se casse pas le cul , elle vous renverra  vers un téléphone ) alors que c’est la poste qui est détentrice du colis donc responsable . Cette société devient de plus en plus merdique et fainéante. La poste de Mandeure est plus à mettre dans un panier de crabes que celui des compliments .

Venue d’une journaliste localle pour parler de moi et de deux femmes en vélo aussi

Bref mon colis n’est toujours pas la et je végéte ici , certes c’est mieux qu’au camping de Mandeure , mais mon but n’est pas de stationner , c’est celui d’avancer vers d’autres horizons , d’autres cieux , d’autres rencontres , d’autres découvertes.
En rentrant au Relais de la Gare ,je suis trés fatigué , tres énervé , je ne mange même pas , je vais m’allonger sur mon lit , je m’endors  jusqu’au moment où ,mon frére Serge me téléphone , je suis content de cet appel , vu que j’attendais que celui -çi le fasse ce week-end , il à aussi ses occupations . Il m’annonce qu’il va venir me voir au Relais de la Gare , un rayon de soleil enfin dans cette journée . Je resterai allongé à méditer jusqu’à sa venue .En plus cette visite va lui permettrre de voir un de ses futurs chantiers.Cette visite me fera beaucoupo de biens , puisque nous pourrons parler de diverses choses .Je sens bien qu’il sait que c’est certainement la derniére fois qu’il me voit . Ces mots , son regard me touche , il sais aussi pourquoi je pars , il en est conscient .Je peut vous dire que je lis tout cela sur son visage , dans ses yeux . Qu’il saches que je l’AIME .Nous avons eus du mal à nous séparer , j’attendrai de ne plus le voir pour ne plus faire de signes .Par contre en écrivant ces lignes ce sont des torrents de larmes qui coulent.

Visite d’une journaliste locale pour interwiew des deux dames

Demain sera le jour ou je rentre dans le mois de mon anniversaire donc de mes 63 années, certes je vais passer mon anniversaire seul , mais combien en ais-je passée , combien de Noel je suis resté seul , donc cela ne me fais pas trop peur.Car j’espéres bien que d’ici la je ferai de nouvelles rencontres ,de nouvelles connaissances et de nouveaux instants de joie , bonheur , émotion.
En plus j’espéres bien que ma potence va arriver que je puisse décoller du Relais de la Gare , certes endroit tres sympathique et accueillant , sauf que mon but ce n’est pas ici .

Ca y est j’ai reçu la potence , patiente et longueur de temps , mais enfin c’est long trés long ce genre de choses .En pluis elle m’attendait au Relais de la Gare , en plus je ne serai pas seul ce soir . Je suis veinard , car ce sont de charmantes dames qui vont en Roumanie, qui savent ce qu’elles font et ou elles vont , avec cette partie d’inconnu , chapeau Mesdames .Car venir du Loiret  c’est deja avoir bouffé du bitume .Mija Gaudin vient de Saint Maur des Fossés , Annick Potier elle viens de la région de Nîmes , ou le cycliste est plus que maudit paraît-il …………..
Elles se sont rencontrées par Internet et par CCI (Cyclo Camping International). Je commençais à faire connaissance de ces joyeuses dames , au demeurant trés sympathiques , quand Carmen la gérante du Relais arrive avec une autre personne , en fait c’est une journaliste  locale de l’Est Républicain.

Mija assoifée de connaissances , consulte ses cartes , quelle belle aventure pour ces deux femmes

Certes ça fais toujours plaisir d’avoir des parutions journalistiques , mais est ce que j’en vaut la peine et qu’est – ce- que cela peut m’apporter ou m’aider ?  Je ne sais pas dans cette société requinesque  ou requinatoire (ne chercher pas à comprendr’e cetrte expression  elle veut tout dire  et surtout pas ne rien dire )

Ce qui fera que je monterai ma potence assez tard et aussi me fair(e aller dormir tres tard . Juste le plaisir de reprendre la route demain , me donne deja des frissons , car je ne sais pas comment va se comporter ce nouvel élément , je pense que je vais devoir m’adapter  à cela .

C’est reparti à partir du Relais de la Gare – 21H07

Camping de Baume les dames sur le trajet de DAMBENOIS vers DIGOIN

Ces dames se réveilleront tôt car elles projettent d’être au plus proche de Basel , Bâle en français, je leur ai conseillé le camping du petit port à Huningue , mais je ne sais pas si elles y seront , je leur souhaite en tout cas .Quand à moi , je traîne toujours autant le matin..Je ne résisterai pas à filmer ces mamies du vélo . J’ai vu le film il est assez beau , mais filmer c’est pas mon truc , donc je vais devoir sérieusement m’entraîner.Elles partiront trés trés vite , me retrouvant comme un con seul , ce matin j’ai du mal à décoller et aussi à mettre tout en place sur miss Bredelette avec sa nouvelle piéce .Encore une fois levé à 6H30 , et je ne partirai pas avant 1OH , il faut dire que j’appréhendais de rouler avec ce nouveau bras reliant la remorque au vélo .Il est beaucoup plus long que l’ancien et un peu plus haut , comme je disais il va falloir que je me fasse la main avec ce matériel .

Annie répare son Schwalbe marathon, qui fait rare à crevé

Les premiers tours de roues sont assez délicat car je pars dans tous les sens tout en réussissant à maintenir le cap.En fait dés que je prends un peu plus de vitesse cela se stabilise fort bien , je m’aperçois rapidement que je roule beaucoup plus vite qu’avec l’ancien. Suivant le relief je varie beaucoup certes , mais sur le plat montant dans une légére pente , je monte mon compteur entre 14,5Km/h et 17 Km/h , autant dire que je suis content car cela change de mes 13-15 km/h . Le bitume me paraît moins long , surtout avec les longues lignes droites de la vél 6 , surtout quand elle longe le canal.

Je bouclerai trés rapidement mes dix premiers kilométres , quand je me retrouverai à la sortie de l’Isles -sur- le – Doubs , avec une fausse indication.Fort heureusement il y a un pêcheur et je vais à la quête du renseignement sur la bonne direction. Il sera trés sympathique et nous taillerons un bout de gras ensemble pendant un long moment . quand tel zorro sortit de sa boîte un cyclonaute fait son apparition en s’écriant

Je suis battu , archi battu à plates coutures . Cette exclamation venait du fait que je suis plus chargé que lui , certes mais je ne vais pas dans le même sens et je ne pars pas pour quelques jours , mais pour fort longtemps, ceci explique cela . Oui je suis trés chargé mais encore une fois je ne pars pas pour une semaine.C’est évident que quand ça grimpe dur  soit que je mets le pied à terre et je pousse , je me suis aperçu que je fatiguais autant que si je montais sur le plus petit plateau et sur la plus grande couronne arriére , oh je ne monte pas  tout d’un seul coup suivant la longueur de la pente .Au début je réussissais à faire 10 métres , avec un coeur qui bat à je ne sais combien , et que je ne peut plus respirer. Il y a eu 20 métres et ensuite 40 métres actuellement dans les fortes déclinaisons je grimpe 50 métres même presque 60 métres , sauf que je n’en peut plus aprés .Donc je mets pied à terre le temps de reprendre mon souffle et mes esprits.Revenons à nos moutons ou plutôt mes deux compéres de tchatche .

La monture de la belle Mija

Il s’arrêtera bien entendu et nous voila à 3 compéres à discuter tel les comméres du coin , de tout et de rien mais surtout de vélo et de la vél 6. Encore un qui se paie la vél 6 jusqu’en Roumanie en venant de Mus , village à quelques encablures de Nîmes mais trés voisin de Vergéze ou  il y à la Source Perrier.Il faut dire que j’ai résidé dans ce village , oh pas longtemps , mais voila que nous  parlons de gens que nous connaissons tous les deux .Décidément je ne fais que de belles rencontres pour le moment et c’est génial .Nous reprendrons chacun sa route , laissant notre partenaire de dialogue retourner à sa pêche et à ses occupations.

Je m’arrêtes vers 13 heures pour casser une petite croûte sur une table que le conseil général du doubs mets en divers endroits pour les cyclistes et les promeneurs. Vu que je trouve que je roule bien avec cette remorque et son nouvel élément , je prends mon temps à loisir et ne m’impose rien , si juste de rester en forme.

En fait je déciderai de passer la nuit à Baume les Dames, j’atteindrai cette bourgade trés tôt puisque j’y serai vers 15 H 45; le temps de trouver où je passerai cette nuit , finalement je me retrouve au camping aprés m’être trompé plusieurs fois pour y arriver , ce qui me démontre bien que tout de même si j’ai bien roulé et qu’aujourd’hui j’ai fait 49,74 kms  , je laisse tout de même au cours de ma partie de manivelles journaliéres , beaucoup d’énergie et que la fatigue est tout de même importante .Je monte rapidement ma chambre ambulante , et je vais aller faire des courses au Super U du coin , car je n’ai plus rien .

Prêt à repartir vers le sud

Flanant , comparant , et tentant de me décider de prendre ceci  ou cela , mon tél sonne , je suis au milieu du rayon des pâtes , une voix féminine sonne dans mes oreilles , voix douce , agréable en plus m’annonçant que c’est l’émission  » ALLO LA TERRE » de France Inter .Certes elle m’à signifié son prénom , mais moi et les noms comme les prénoms c’est toute une histoire aussi longue que la bible , bref je ne m’en souviens pas , par contre elle me demande ou je serai demain soir et si je serais disponible entre 23 et 1 H du matin , pour un entretien en direct par téléphone .

Waoohhhh , je suis la tête dans les pâtes , non dans les nuages , cela fait un énorme plaisir , je n’en reviens pas , mais c’est pas pour cela que je dois m’envoler avec des ailes de Boeing ou de mouettes , non je dois rester sur terre et rester objectif , reste que je vais devoir convaincre et être trés convaincant . Car ce périple à plusieurs sources , et tellement diverses , que je ne dois pas m’éclater en plein vol en allant dans tous les sens .C’est en pensant à cela que je partirai dormir , mais je reste lucide  avec toujours cette envie de rallier Kribi le Saint Tropez  Africain . Demain sera un autre jour sous une autre forme .

Renseignant et renseigné
Ohlala je suis battu , il s’écria cela en me voyant
Vieille fontaine ou Lavoir ? Je penche pour le lavoir c’est à Clerval dans le doubs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pose casse -croute sur la vél6
Lavoir ou fontaine sous un autre angle
clocher de Clerval typiquement Comtois

 

Arrivé en terre Bisontine le jeudi 03 juin 2010 – 20H38

Besançon sur le trajet de DAMBENOIS vers DIGOIN

C’est terrible de rouler contre le vent , en plus avec la remorque , dur , dur , mais c’est ainsi que je l’ai décidé , je me réveillerai de trés bonne heure 5 H du mat , je n’allume pas une cigarette , mais je me léve et me dis essaies d’aller le plus loin possible sur la vél 6.

Je mettrai un temps fou à ranger mes affaires , je ne trouvais plus ma petite radio, mon cadenas vélo et remorque  en plus avec le nouveau bras il y a un petit beibeille ou je crois deviner que c’est la que je dois mettre les  goupilles. C’est ce que je ferai , mais voila , je me suis servi de Miss Bredelette comme siége et comme table , bilan , je n’ai pas penser à ces goupilles , je me réveillerai en pensant à elles , pas sur que je les retrouve. Bingo j’ai encore gagné le yoyo en bois du japon avec la ficelle de même métal. Elles sont introuvables , puisque j’ai trimbalé la remorque à l’envers dans divers endroits .Ca commence bien au petit matin .

La mise en route se fait lentement car ce n’est pas évident  de se mettre au régime cent pour cent d’entrée comme cela , fort heureusement je ne débute pas sur  une montée appelée vulgairement côte , eh oui c’est la vél 6 , n’empêche que je galére car le vent viens de face ,j’ai l’impression que je recule , drôle sensation que je ne connaissais pas .En plus j’ai trés mal aux jambes de lutter contre ce vent .Je crois que je ne vais pas faire beaucoup de kms à ce régime la , surtout qu’au détour d’un virage serré , fait extrémement rare sur les bords du canal .Je me trouve soudainement face à une montée , je n’ai même pas eu le temps de changer de braquet .Je reste scotché devant ce raidillon qui ressemble à un vrai mur .Je reste la 5 minutes , poussette ou monter à la force des jambes ?

Bien m’en à pris , poussette , waoohh j’ai même du mal à pousser , même beaucoup de mal , cette pente sera assez courte mais combien raide, je mettrai un bon quart d’heure à la gravir , avec plusieurs arrêts respiration et récupération.Je n’ai plus 20 ans , dans quelques jours le glas de mes 62 balais va résonner .J’arrives tant bien que mal à la portée de Besançon , la capitale franc-comtoise , puisqu’au loin j’aperçois le fort qui domine la ville , j’en profite pour quelques clichés au 70/300 , puisque je n’ai plus de 28mm,ce qui me fera sortir aussi mon petit Ricoh R10 (merci à l’équipe de Pearl strasbourg de m’avoir fait connaitre ce petit boîtier , une merveille , bien sur selon moi , et je suis loin d’être la science infuse ).
Je pense qu’à Besançon , il y a au moins une Auberge de Jeunesse , ce qui me fais prendre la décision d’aller voir ce qu’est et ce que vaut ce genre d’établissement .Pour la trouver encore une belle partie de renseignements , à croire que je suis martien , les gens ne me comprennent pas , à plusieurs reprises je suis obligé de redire la même chose plusieurs (allo la terre ).

Superbe demeure comtoise à Clerval

C’est si compliqué que je me décide à aller à lOffice du Tourisme, la aussi c’est tout juste si je suis compris , pourtant je ne parles pas kobaïen (langage MAGMA, un de mes groupes préférés sinon le 1er )Malgré le plan ce ne sera pas une partie facile , en plus mes jambes me font trés trés mal, surtout qu’il faut attaquer une belle partie de grimpette pour trouver cette Auberge , qui selon moi n’ en est pas une , mais un Foyer d’Hébergement de jeunes travailleurs .Je me retrouve devant cette derniére , comme si j’étais propulsé 45 ans en arriére , au moment ou je me suis trouvé devant l’ALTM de Bethoncourt, un foyer tout simplement , un foyer ou tout peut arriver.  certes il y a des garages , dont un pour les vélos , mais a tout vent et non surveillé.Ce qui déja est un bémol ,  je demande au détour le prix de la nuit , je tombe à la renverse une auberge de jeunesse à 26 €, je suis refroidi par la douche froide de cette réponse.Je dois voir ailleurs , le camping ou le sauvage , je prends option pour le camping car je veut quelques clichés deBesançon.Si mes souvenirs sont bons, il se trouve sur la route de Belfort ( tiens je passerai devant un hôtel qui me rappelle des souvenirs extraordinaires avec un certain Raymond Busson , avec qui j’ai vécu des moments trés forts en amitiée et en travail , au temps de la maison PIGUY).

Hyper sympa le gérant du camping de Baume les dames

Arrivé au camping de la plage de Besançon , camping 5 étoiles s’il-vous -plaît , rien que cela , avec ce nombre d’étoiles il doit y avoir un point wifi au moins.J’en fais la  demande , il y en a pas à cause de je ne sais quelle cause.Il me sera dit que c’est la fédération qui impose je ne sais quoi, en fait c’est l’aberration même et je vais encore prendre quelques tuiles sur la gueule dans ce lieu .La fédération dans laquelle est ce camping est  certainement une fédération archaique , en plus carnassiére Le prix de la nuit en cet endroit avec une tente est de 13€ et des poussiéres.Plus du double que ceux que j’ai fréquentés depuis mon départ, même en Suisse Allemanique c’est deux fois moins cher . Je vais appeler le camping de la plage d’un autre nom , ce sera le camping de l’arnaque fédérative .

C’est avec colére et désillusion que je me mettrai en place et je tenderai encore une fois de trop ma Bredelette , du coup mon jonc que j’avais réparé  de façon un peu bizarre à de nouveau plié me soumettant à une nouvelle intervention bricolage pour mettre tout cela en place et passer une bonne nuit , vu que j’attends le coup de fil dallo la planéte de France Inter (23H-1H)

Intense traffic sur la vél6

Comme je n’ai pas consulté mon tél , je le ferai vers 19H une fois tout en place , il y a un message de L’émission , elle est repoussée à lundi m’a t’on dit .Déçu oui et non , les impératifs de l’émission sont supérieurs aux miens et c’est mieux ansi .Et puis plus c’est long plus c’est bon.Sur cette petite désillusionje pris la decision d’aller fermer mes yeux , car demain je reste à Besançon , pour quelques photos et voir des choses , comme ce fameux vélociste sur la vél 6

 

 

 

 

Ca sent la grande ville de province

 

 

 

Besançon en vue , la citadelle
L’avant -garde de la citadelle de Besançon

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez

Commentaires